La Boucherie affûte son réseau de franchise

0

La Boucherie, concept de restaurant-boucherie français, renforce ses positions à travers le territoire, en toute discrétion, ou presque. Contrairement à ce que veut l’époque, les amateurs de viande ne sont pas en voie de disparition. Au contraire. La Boucherie vogue à contre-courant et étend son réseau de franchise.

Franchise et supply chain

N’en déplaise aux partisans du tout végétarien, l’enseigne La Boucherie se porte bien. Le restaurant-boucherie continue de séduire les franchisés. Aujourd’hui, La Boucherie, ce sont 130 restaurants grill ouverts aux amateurs  d’entrecôtes et autres bavettes. Si le réseau reste encore relativement confidentiel, il jouit d’une forme d’autorité dans le paysage de la franchise. La Boucherie existe, en effet, depuis 1987. Le déploiement en franchise date, lui, de 1996. Mieux,  le réseau a très vite compris l’intérêt qu’il y a à se moderniser. Il s’est notamment affranchi, des contraintes logistiques en inaugurant, dès 2000, une unité d’affinage de viande « CAVIAR ». Cet outil assure à l’ensemble des franchisés un approvisionnent exclusif et centralisé, une sécurisation maximale des notions sanitaires, entre autres améliorations. Douze ans plus tard, le réseau poursuit son ascension et crée Edibouch, un centre de formation interne.

edibouchPourquoi pas vous ?

Celui qui entend rejoindre La Boucherie doit, avant de savoir préparer une sauce poivre, posséder de solides compétences managériales. Le futur franchisé devra pouvoir gérer un fort volume d’affaires, et animer une équipe de 15 à 25 collaborateurs. Mais, avant d’en venir au mangement et à la gestion des ressources humaines, il faudra débrousser 46,5 K€ pour une implantation en centre-ville ou 55, 5 K€ pour une enseigne en périphérie. Comptez également, un apport personnel, à hauteur de 100 K€. Prévoyez 1% de redevance publicitaire, 3% de royalties si vous êtes en centre-ville, et 4% pour la périphérie. En somme, un investissement global de 200 K€ pour un contrat de 5 ans en centre-ville et de 9 ans pour la périphérie. Ces chiffres peuvent sembler élevés, mais ils ne sont sans doute rien devant la promesse de chiffre d’affaires réalisé au bout de deux ans d’exploitation (chiffre non communiqué par le groupe). Mais que les candidats se  rassurent, tant qu’il y aura des amateurs de viande, tout ira pour le mieux.

Un suivi solide

La Boucherie s’engage a rendre visite à ses franchisés toutes les 6 à 8 semaines, pour s’assurer du bon fonctionnement. Dans la majorité des cas, ces contrôles ne donnent lieu à aucune sanction. Les franchisés La Boucherie, sont formés en amont et en aval : il sont, en effet, accompagnés pour la recherche de l’emplacement (surface moyenne de 200 m2 en centre ville ou terrain de 3000 m2), réalisation du montage financier, établissement des cahiers des charges, etc. Le franchisé bénéficie, également, d’une formation à l’ouverture de l’établissement durant 2 à 4 mois. Enfin, l’installation du matériel et la gestion des ressources humaines sont assurés, les premiers temps, par les responsables du réseau. La Boucherie finira sans doute par être aussi connue que des enseignes concurrentes à l’instar de Buffalo grill ou encore Hippopotamus.

Share.

About Author

Laisser un commentaire