Beauty Bubble : la franchise consolide son réseau

0

Beauty Bubble fait partie de ces réseaux de franchise sur lesquels il convient de garder un œil. Le concept ? Proposer une coupe de cheveux express, sans rendez-vous, entre deux trains, réalisée par des professionnels, pour 10 euros. Beauty Bubble, c’est le low-cost, devenu smart-cost, à force d’innovations.

Se diversifier pour exister

Bien dégagé derrière les oreilles, s’il vous plaît. Depuis l’inauguration du premier établissement pilote en 2010, au centre Commercial Maine Montparnasse (Paris 14e), Beauty Bubble a fait du chemin pour afficher, aujourd’hui, cinquante points de vente. Bubble (bulle en français, ndlr.) ? En raison de la forme des cabines, installées à des endroits à forte fréquentation (gare, métro, aéroport, centre commercial, hyperparmarché, etc.). La clientèle est souvent de passage, pour ne pas dire pressée. Beauty Bubble, c’est l’instant beauté que l’on s’accorde avant de prendre son train ou ranger ses courses dans la voiture. Et ça marche. Mieux, le réseau de franchise a semble-t-il toujours eu une certaine capacité à anticiper les attentes du consommateur : dès 2013, le groupe se défait de son image d’enseigne low-cost, pour passer au smart-cost, au travers d’une nouvelle identité graphique. Il adopte désormais une signature glamour, proche de celle du géant suédois du prêt-à-porter H&M. Il s’agit donc de se renouveler pour, séduire la clientèle, mais aussi attirer des futurs franchisés. 2014 marque un nouveau tournant, puisque Beauty Bubble développe une mini-gamme de produits, et lance parallèlement un site e-commerce. 2015, toujours en phase avec le marketing ambiant, Beauty Bubble surfe sur la vague des nails bar, pour proposer des bars à beauté. La franchise c’est aussi savoir repenser son activité, quand il le faut.

beauty bubble conceptBeauty Bubble : la franchise express

Nicolas Langer, directeur général de Beauty Bubble, a voulu répondre aux exigences d’une population urbaine en mouvement. 10 minutes, pas de prise de rendez-vous, et vous êtes coiffé pour 10 euros, par un professionnel. Nicolas Langer a souhaité, non seulement repenser le moment coiffure, mais aussi simplifier les démarches pour le futur franchisé. Le droit d’entrée ? Il est de 12 000 euros, pour une redevance mensuelle de 700 euros par mois. Une somme qui comprend la formation, la recherche de l’emplacement et une cabine beauté prête à l’emploi. L’accompagnement se fait aussi dans la phase de recrutement et de formation du personnel, la communication et le marketing. Une franchise Beauty Bubble pour qui ? Pas besoin d’être issue de l’univers de la coiffure, assure Nicolas Langer. Il faut, à l’en croire, l’esprit d’entreprendre. La promesse de Beauty Bubble est de faire de ceux qui le souhaitent, des patrons d’entreprise en peu de temps. Beauty Bubble offre, en effet, cette possibilité compte-tenu du faible coût du droit d’entrée et la livraison d’outils clés en main. L’attractivité et la relative souplesse promises par Beauty Bubble pourraient bien en faire une franchise qui s’exportera à l’étranger. Affaire à suivre.

Share.

About Author

Laisser un commentaire